EZ1 Logements en bande « La Coualla »

  • Lieu Route de la Turbie, Èze, France
  • Stade du projet Réalisation 2007
  • Programme Construction neuve de 6 logements privés en bande
  • Maître d'ouvrage Privée
  • Architectes CAB ARCHITECTES mandataires.
    Bahram Azimi, étude de façade persiennée
  • Équipe TURRA, structure
    OFIBAT, Fluides
    LIEGE, économie
  • Surfaces 550 m2 SHON
  • Coût des travaux 1 100 000 Euros HT
  • photographies Serge Demailly
CAB-EZ1-Logements en bande à Eze - 2007 CAB-EZ1-Logements en bande à Eze - 2007 CAB-EZ1-Logements en bande à Eze - 2007 CAB-EZ1-Logements en bande à Eze - 2007 CAB-EZ1-Logements en bande à Eze - 2007 CAB-EZ1-Logements en bande à Eze - 2007 CAB-EZ1-Logements en bande à Eze - 2007 CAB-EZ1-Logements en bande à Eze - 2007 CAB-EZ1-Logements en bande à Eze - 2007 CAB-EZ1-Logements en bande à Eze - 2007 CAB-EZ1-Logements en bande à Eze - 2007 CAB-EZ1-Logements en bande à Eze - 2007 CAB-EZ1-Logements en bande à Eze - 2007 CAB-EZ1-Logements en bande à Eze - 2007 CAB-EZ1-Logements en bande à Eze - 2007 CAB-EZ1-Logements en bande à Eze - 2007 CAB-EZ1-Logements en bande à Eze - 2007 CAB-EZ1-Logements en bande à Eze - 2007 CAB-EZ1-Logements en bande à Eze - 2007 CAB-EZ1-Logements en bande à Eze - 2007 CAB-EZ1-Logements en bande à Eze - 2007

Voir les Persiennes « Paupières »

Le terrain du projet se situe à l’entrée du village d’Eze entre une route nationale (en aval) et un chemin départemental (en amont). Très pentu, il est limité en partie basse par un grand mur de soutènement en pierres. Orienté vers le Sud, il bénéficie d’une vue à 180° vers la Méditerranée, la côte et le spectaculaire vieux village d’Eze.

Le rapport au site

La perception plongeante du projet a nécessité de porter une attention particulière à la toiture, véritable cinquième façade, la seule à être perçue depuis la route en amont. Une scénographie paysagère met en évidence le rapport projet/nature, c’est-à-dire la relation avec l’horizon : le moment de l’entrée est traité comme un belvédère, prolongement de l’espace public ouvert sur le panorama. Profitant d’une préconisation de servitude de vue, il était intéressant d’argumenter l’idée que « rien ne doit dépasser ». Ainsi le portail d’entrée est disposé dans la rampe d’accès et l’ensemble des arases est réglé sur une cote de référence, le niveau de la voie. Côté aval, une vue en contre plongée permet d’appréhender la présence forte du projet dans son site. Les appartements en porte-à-faux sont projeté vers le vide, profitant ainsi d’une position « atmosphérique », suspendue entre air, terre et mer.

Des villas en bande

Le projet est composé de deux entités, correspondant aux deux programmes : les trois duplex ancrés dans le sol à l’Ouest, les trois simplex suspendus au-dessus du parking. Les logements sont côte-à-côte desservis par une coursive qui, le temps de sa séquence, permet d’échapper à la vue, offrant des cadrages vers les parcelles voisines ou le ciel. Chaque logement bénéficie de son prolongement vitré vers l’extérieur sous deux formes : une loggia en continuité du séjour, et un solarium en toiture. La pente du terrain ayant rendu impossible tout jardin privatif au sol.

Structure – Nature

Par la topographie, la présence de la campagne toute proche, le projet dialogue avec son contexte physique. Côté aval, le projet laisse glisser le sol naturel fortement pentu sous la terrasse du parking. Arrimé au sol côté Ouest le bâtiment, tel une poutre, se détache du sol côté Est. Accentué par la pente de la rampe de parking, le volume se détache du sol, laissant apparaître la fin de la coursive, interrompue, comme en attente d’un prolongement futur, hypothétique extension. Un fin voile percé de petits trous dissimule la coursive, participe à l’abstraction et à l’envol du « bâtiment-poutre ». L’échelle purement domestique est sublimée.
Pour amplifier ce rapport de l’objet à son site, le bâtiment se veut évoquer un projet d’infrastructure ou un ouvrage d’art de génie civil : les portées entre poteaux sont de 9,00m, libérant ainsi le sol au niveau des parkings ; les dalles pleines de 35cm d’épaisseur créent le franchissement de chaque trame. Cette portée inhabituelle pour du logement déplace la lecture que l’on peut avoir du bâtiment.

Structure – Usage

Le principe de grande porté mis en place vise à offrir une flexibilité maximale dans le temps à l’intérieur du logement. Pas de point porteur intermédiaire, et le processus de transformation interne peut s’inscrire dans le temps. Ainsi des aménagements personnalisés sont rendus possibles dans les pièces de jours et notamment le rapport séjour / cuisine (cuisine ouverte ou fermée, à l’américaine, avec îlot central, etc.).
Côté parties communes, le grand et fin voile percé vient intimiser la circulation et dissimuler certains éléments domestiques (percements de salle-de-bain, portes d’entrée et celliers).

Lumière – Usage

A l’effacement côté amont répond la présence forte du volume projeté vers le vide coté aval. Carapaçonné d’une enveloppe métallique qui se plie et se déplie au gré des occupations internes, les deux entités offrent une façade toujours changeante. Cette peau dissimule, sous sa matière vibrante, une façade entièrement vitrée qui se déroule sur toute la façade Sud, ménageant au passage des loggias et bow-window.
Au niveau des chambres de duplex, de petites terrasses suspendues dans la pente prolongent là encore l’espace du logement. La protection solaire est assurée par le débord en porte-à-faux du volume des séjours et loggias. Afin de traiter le délicat problème d’intimisation entre logements, un unique volet en bois par fenêtre se déploie pour former séparatif avec l’appartement voisin lorsqu’il est ouvert. A l’instar de la façade métallique toujours changeante, les volets séparatifs renseignent sur l’occupation du logement et animent le volume.