WAR Université de Psychologie à Varsovie

  • Lieu Ochota, Warsaw, Poland
  • Stade du projet Concours 2017
  • Programme Construction neuve d'un bâtiment universitaire scientifique et didactique (psychologie, sciences cognitives, psycho physiologie):
    Salles de cours banalisées, bureaux administratifs et de chercheurs, locaux de direction, bibliothèque, learning center, amphithéâtres, espaces à projet, centre d'aide psychologique
  • Maître d'ouvrage Université de Varsovie
  • Architectes CAB Architectes mandataire,
    Jeanne Moullet, avec Alice d'Aubigny et Nicolas Chabrol
  • Surfaces 14 000 m² SPD
  • Coût 27 970 000 €
  • Image Playtime
CAB ARCHITECTES - Université de Psychologie à Varsovie CAB ARCHITECTES - Université de Psychologie à Varsovie CAB ARCHITECTES - Université de Psychologie à Varsovie CAB ARCHITECTES - Université de Psychologie à Varsovie CAB ARCHITECTES - Université de Psychologie à Varsovie CAB ARCHITECTES - Université de Psychologie à Varsovie

L’université s’inscrit dans un plan urbain où les édifices présents se définissent comme des blocs –objets ou ilots- maillés entre eux par des voies. Un axe historique Nord/Sud, la large avenue arborée Sklodowskiej-Curie, structure l’organisation du campus et fédère le nouveau master-plan. Cet espace public est important dans la composition par son épaisseur, ses dimensions généreuses. Bien qu’il soit prévu de le poursuivre jusqu’à l’avenue Banacha, le parc Skoldowkiej-Curie demeure la pièce paysagère majeure jusqu’au site du projet. Une petite construction ponctue l’articulation entre la partie Nord et son prolongement futur.

Un positionnement urbain stratégique

Afin de renforcer cette articulation, nous avons fait le choix de disposer le projet au cœur de cette continuité urbaine, afin qu’il puisse résoudre à la fois le passage du parc actuel à son prolongement, mais qu’il soit aussi au centre d’un nouvel espace public du campus. Formé de deux volumes ménageant une rue en continuité de la contre-allée du parc, l’édifice compose un alignement avec le Wydzial Biologii, tandis qu’un volume vient clore la figure du parc. A l’est, le sol du projet se creuse pour dégager une piazza en pente, qui glisse sous le second volume contenant le programme du « Nid ». Ce dernier prend alors le statut de générateur programmatique et urbain, face au nouvel espace public et crée une nouvelle centralité.

Une organisation spatiale efficace

En écho à la structure urbaine du projet, une organisation programmatique spécifique génère une composition en deux volumes contenant d’un côté la partie académique et les centres de recherche, et de l’autre le « Nid » et l’administration. Ces deux entités sont séparées au niveau du sol par une rue publique qui dessert l’entrée du projet et reliées en étage par des passerelles vitrées. Les programmes publics, tel que les amphithéâtres, la bibliothèque, le restaurant et le learning center forment un socle qui glisse sous la nouvelle rue et sous le Nid. Ces programmes s’ouvrent naturellement sur l’espace public créant ainsi une vie universitaire animée. Dans ce socle, desservi par une agora en pente, nouvelle topographie, un forum en double hauteur s’ouvre et dialogue avec le nouvel espace public du campus. Côté Ouest, le centre Help bénéficie d’une position discrète et intime car bordé par une allée plantée formant un filtre végétal.

Une image puissante, contemporaine et durable

La partie administration et académique du projet se contient dans un édifice minéral (béton architectonique brut) qui forme une limite urbaine. Volume fin et tramé à la façade porteuse, il se compose de plateaux flexibles au cloisonnement  léger. Il s’enfonce dans le sol et se retourne pour devenir socle et soutenir le « Nid ». Dans ce soubassement « tectonique », se trouvent les amphithéâtres, la bibliothèque, le learning-center, le restaurant. La partie du Nid est à contrario très transparente, sorte de boite vitrée qui met « sous cloche » une ossature faite de poteaux et de dalles. Ce dispositif structurel est porteur de souplesse et de flexibilité pour l’aménagement des salles et ses évolutions. L’enveloppe du Nid se compose d’une double épaisseur vitrée qui ménage un entre-deux, lieu tempéré mais non chauffé. Cette « couche » intermédiaire se pose comme le prolongement des plateaux et propose des espaces de convivialité pour les chercheurs. Elle créé une transition thermique pour minimiser les amplitudes que ce soit en saison chaude ou froide. La boite de verre se retourne en toiture pour de venir une verrière et ménager une terrasse couverte non chauffée. Ce lieu supplémentaire est offert aux chercheurs comme un prolongement magique, ouvert vers le ciel et la vue sur le campus et la ville. Au niveau du sol, le forum autour duquel s’ouvrent le restaurant et la bibliothèque est en continuité de la piazza en pente. Il est couronné par une dalle à caisson qui porte le Nid et traite l’acoustique de ce lieu majeur du projet, générateur dynamique de pratiques urbaines sur le campus.