PAN Logements ZAC du Port de Pantin

  • Lieu Pantin, France
  • Stade du projet En cours -Livraison en 2019
  • Programme Construction neuve des lots 5 et 6 de la ZAC du Port à Pantin comprenant :
    _ 44 logements sociaux,
    _ 44 logements libres,
    _ locaux d'activités à rez-de-chaussée
    _ stationnement en sous-sol
  • Maître d'Ouvrage SEMIP
  • Achitectes CAB ARCHITECTES mandataire,
    et architectes du lot 5
    Antoine Neto-Berenguer, avec Elodie Artières
    Cécile Jalby & Jeanne Moullet,avec Oscar Faivre, Clément Jaglin, Maxime le Bris, Waldemar Lucas (concours)
    & BABIN+RENAUD architectes du lot 6 cotraitants
  • ÉQUIPE DE MAÎTRISE D'OEUVRE EVP structure,
    B52 fluides & QE,
    AXIO économie
  • Surfaces 6 600 m² SDP dont :
    - 3 200 m² pour le lot 5
    - 3 400 m² pour le lot 6
  • Coût des travaux 9 900 000 € HT
  • Performances H&E Profil A
    Effinergie +
  • Images Sbda
    & Victor Marqué
CAB-PAN-ZAC DU PORT DE PANTIN CAB-PAN-ZAC DU PORT DE PANTIN CAB-PAN-ZAC DU PORT DE PANTIN CAB-PAN-ZAC DU PORT DE PANTIN CAB-PAN-ZAC DU PORT DE PANTIN CAB-PAN-ZAC DU PORT DE PANTIN CAB-PAN-ZAC DU PORT DE PANTIN CAB-PAN-ZAC DU PORT DE PANTIN CAB-PAN-ZAC DU PORT DE PANTIN CAB-PAN-ZAC DU PORT DE PANTIN CAB-PAN-ZAC DU PORT DE PANTIN CAB-PAN-ZAC DU PORT DE PANTIN CAB-PAN-ZAC DU PORT DE PANTIN

Face à Face ou Côte à Côte 

Le développement du projet pour les lots 5 et 6 de la ZAC du Port de Pantin repose sur quatre objectifs principaux :
1- Valoriser la situation en proue à l’Est et le prolongement attendu de la rue de l’ancien canal ;
2- Affirmer la présence du socle et de la place nautique en valorisant la promenade publique le long du canal ;
3- Évoquer le caractère portuaire du site ;
4- Établir une fragmentation des volumes et une variation des altimétries qui participent du dispositif recherché d’alternance entre les bâtiments.

Les futurs immeubles de logements répondent à ces quatre approches au travers de deux ensembles complémentaires.
L’un constitué d’un volume vertical et d’une horizontale en retrait s’enroulant autour d’un vide fédérateur reliant l’espace public de la rue avec le ciel ; l’autre composé de deux verticales légèrement décalées, dont l’une s’avance en porte-à-faux au-dessus du socle en façade Est.

Un volume perpendiculaire au canal affirme sur le lot 5 la perméabilité Nord-Sud du site devant relier le quai aux coteaux de Romainville, tandis que le lot 6 -parallèle à la rive- se prolonge jusqu’aux limites du site.
Il ne s’agit pas seulement de construire des logements face à l’horizon dégagé du canal mais d’affirmer et d’amplifier le caractère portuaire d’un lieu remarquable évoqué par la silhouette emblématique des magasins généraux. Flirtant avec un imaginaire portuaire et industriel, l’architecture doit affirmer une règle d’ensemble, marquée par un socle et des émergences à la singularité maîtrisée dont le « skyline » dialogue avec le grand paysage.

Face à face, ou côte à côte, les deux entités sont à la fois individualités et binôme urbain. De part et d’autre de la Place Nautique les deux projets cadrent le paysage, modèlent un vide, fabriquent une tension. Ils empruntent aux magasins généraux le caractère abstrait et répété d’une trame structurelle ainsi que la présence de prolongements extérieurs sous forme de loggias (lot 5) ou de balcons projetés en double hauteur (lot 6).
Le répertoire du socle se conjugue à la fois au travers d’une règle globale (l’altimétrie) et par une logique interne propre à chacune des deux opérations. Ce soubassement ordonne, glisse, ripe, se creuse, met en scène la chalandise, se retourne sur la place ; accompagnant ainsi le mouvement des volumes habités.

Le lot 5

C’est une petite pièce urbaine, à la fois îlot et immeuble. Sa forme trapézoïdale et son épaisseur permettent de concevoir un « volume capable » propice à l’assemblage de typologies variées, ainsi qu’à la présence de distributions « heureuses ».
Un volume à R+9, perpendiculaire au canal, « fièrement » dressé, combiné à un volume horizontal en retrait (R+5), affirme la clarté et le dynamisme de l’îlot. C’est une forme « cherchante » qui se déplie et se plie pour installer les tensions et les liens avec son contexte.

La profondeur du lot permet de créer un vide central. La transparence offerte, depuis la rue vers le canal, est alors amplifiée par l’apport de lumière d’un patio situé au cœur du projet. Ce dispositif met en scène une séquence d’entrée qui conduit depuis l’espace public jusqu’au seuil des logements. Un espace abrité accueillant également les vélos et les boites aux lettres, prolonge le sol de la Place Nautique jusqu’au hall. Ainsi, pénétrer dans son immeuble ce n’est plus entrer dans un espace clos, mais dans un lieu protégé, encore en contact avec l’espace public.

Le socle, qui unifie la ZAC, est ici scindé en deux strates ; le front de canal est marqué par un niveau de référence, soubassement habité par des petites typologies en R+1 et d l’activité en rez-de-canal. Cette « plinthe urbaine » donne à voir une enveloppe vitrée qui fait littéralement flotter la composition des volumes qui la couronne. Il définit un « sur-sol », plateforme partagée, accessible aux locataires. Les étages supérieurs accueillent des typologies variées : simples dans le volume vertical, duplex dans le volume frontal. Les duplex sont composés comme des villas superposées en bande, disposées face à la toiture accessible équipée. Cette classification permet d’ordonner la morphologie du bâtiment selon les « modes d’habiter » et apporte la logique nécessaire à l’organisation architecturale du bâtiment. Le résultat est le croisement de deux conceptions, l’une qui part du logement, l’autre de la formalisation urbaine et paysagère du projet. La diversité typologique vient appuyer et renforcer les potentialités du terrain et sa capacité volumétrique. Tous les logements sont bi-orientés ou traversants (hormis les T1 et T2). Ils sont étudiés de manière à utiliser et profiter au maximum de la composition volumétrique. Le principe distributif se compose de circulations horizontales éclairées naturellement qui donnent au parcours quotidiens des résidents une véritable qualité d’usage et de pratique.

Une trame en béton lasuré découpe et proportionne la composition, à la fois structure et façade : ses alvéoles abritent des dispositifs « à la carte », loggias ou façade, creux ou pleins, panneaux sandwich fixes, vitrages coulissants avec ou sans occultations. La « grille » unifie, rassemble et permet des scénarios d’usage variés. Matrice constructive elle génère aussi la structure interne. Elle aide à intégrer les circulations verticales en façade, permet un futur travail de mise au point des logements, sans dénaturer le principe général : c’est un principe à la fois souple et résistant.