STK Immeuble de logements « Stella K »

  • Lieu 36 Avenue de Villaine, 06240 Beausoleil, France
  • Stade du projet Réalisation 2004
  • Programme Construction neuve de 9 logements dont 3 duplex avec solarium ; parking.
  • maitre d'ouvrage Privée
  • architectes CAB ARCHITECTES mandataire
  • equipe de maitrise d'oeuvre ROFAX structure,
    DIAQUE fluides,
    IOTTI économie
  • surfaces 550 m² SHON
  • cout des travaux 900 000 €
  • photographies Serge Demailly
CAB-STK-Logements libres CAB-STK-Logements libres CAB-STK-Logements libres CAB-STK-Logements libres CAB-STK-Logements libres CAB-STK-Logements libres CAB-STK-Logements libres CAB-STK-Logements libres CAB-STK-Logements libres CAB-STK-Logements libres CAB-STK-Logements libres CAB-STK-Logements libres CAB-STK-Logements libres CAB-STK-Logements libres CAB-STK-Logements libres

Le projet est situé à Beausoleil, à mi-chemin entre Nice et l’Italie. Cette petite ville, construite à flanc de coteau, coincée entre la mer et la montagne développe un urbanisme très caractéristique de la région. On ne trouve pas de forme d’îlot classique à proprement parler mais des bandes très fines de constructions étagées, bordées en amont et en aval par des rues orientées est/ouest et ne possédant dans leur épaisseur qu’une ou deux parcelles. Un réseau de circulations piétonnes constitué d’escaliers droits irrigue le site dans le sens nord/sud. Ces longues percées permettent des échappées vers la mer et donnent au lieu son caractère vertigineux.

L’environnement est constitué de constructions assez disparates, petites maisons où immeubles d’habitations. La parcelle se trouve sur un terrain à forte déclivité nord/sud. On y accède par l’avenue de Villaine, située en amont du terrain. Des règlements fixent très précisément les limites et le gabarit de la construction.

Les logements sont disposés à partir du premier niveau, le rez-de-chaussée et le R-1 profitant de la pente du site pour être utilisés comme parkings éclairés et ventilés naturellement. La finesse de la parcelle impose une distribution par des coursives, fonctionnant comme des trottoirs surélevés et donnant à voir la rue et le coteau au nord. Trois trames d’environ 4m40 rythment le bâtiment dans sa longueur. Les appartements, traversants, s’articulent autour de blocs humides. Conçus à l’origine comme des deux et trois pièces, ils peuvent se coupler pour s’agrandir, les blocs centraux s’adaptant alors aux nouvelles exigences. Les deux derniers niveaux sont trois duplex juxtaposés, traités comme des villas sur le toit et jouissant chacun d’un solarium en toiture.

L’immeuble confronte deux échelles :
_ Côté amont, le bâtiment est en contact avec le sol et l’échelle de la rue. Les circulations sont placées en façade arrière du bâtiment et permettent des vues sur le coteau. Son profil est découpé et fragmenté en petits volumes, se mettant à l’échelle des constructions avoisinantes.

_ Côté aval, l’immeuble s’ouvre sur la vue, Monaco en contre bas et la méditerranée en face. C’est un territoire que l’on découvre. La façade devient alors une grille composée de loggias de 2.40m par 4.10m projetant chaque appartement vers le paysage. Quittant le sol, on retrouve alors le caractère vertigineux et atmosphérique du lieu

Les constructions dans la pente offrent différents points de vues d’un bâtiment. Il peut s’appréhender en plongée, depuis le haut du coteau on découvre alors sa toiture, et en contre plongée où il se perçoit dans l’ensemble bâti du coteau.

La toiture a donc été pensée comme une cinquième façade. Composée de solariums en bois, elle permet aux habitants de « monter sur le toit » pour y découvrir la vue et jouir d’une situation exceptionnelle.

La façade sud s’intègre frontalement au paysage urbain « vertical » du coteau, caractéristique du littoral très urbanisé de la cote d’azur.

Les matériaux utilisés sont l’enduit à la chaux en façade, le métal laqué pour l’habillage des volumes de la façade arrière et des persiennes et le bois exotique en toiture pour les solariums. La façade est conçue comme une spirale dont chaque plan reprend la couleur du précédent en l’augmentant d’un ton, jusqu’à la rencontre des extrémités où l’on distingue deux volumes, l’un accroché à la rue et l’autre tourné vers le grand paysage.