GSC Groupe Scolaire Chapelle International

  • Lieu Paris, France
  • Stade du projet Concours 2015
  • Programme Construction d'une école polyvalente 12 classes, et d'un multi-accueil 99 places
  • Maître d'Ouvrage Ville de Paris
  • Architectes CAB ARCHITECTES mandataire,
    Antoine Neto-Berenguer ;
    Elodie Artières et Margot Fournier, avec Clément Jaglin, Maxime le Bris, Waldemar Lucas
  • Equipe de maîtrise d'oeuvre EXNDO STUDIO écoconception,
    EVP structure,
    B52 fluides,
    THERMIBEL acoustique,
    BMF économie
  • Surfaces 5 000 m²
  • Coût des travaux 11 170 000 € HT
  • Performances Plan Climat de la Ville de Paris
    Labellisation Effinergie +
  • Images Sbda
CAB ARCHITECTES - Groupe scolaire Chapelle International - 2015 CAB ARCHITECTES - Groupe scolaire Chapelle International - 2015 CAB ARCHITECTES - Groupe scolaire Chapelle International - 2015 CAB ARCHITECTES - Groupe scolaire Chapelle International - 2015 CAB ARCHITECTES - Groupe scolaire Chapelle International - 2015 CAB ARCHITECTES - Groupe scolaire Chapelle International - 2015 CAB ARCHITECTES - Groupe scolaire Chapelle International - 2015 CAB ARCHITECTES - Groupe scolaire Chapelle International - 2015 CAB ARCHITECTES - Groupe scolaire Chapelle International - 2015 CAB ARCHITECTES - Groupe scolaire Chapelle International - 2015 CAB ARCHITECTES - Groupe scolaire Chapelle International - 2015 CAB ARCHITECTES - Groupe scolaire Chapelle International - 2015 CAB ARCHITECTES - Groupe scolaire Chapelle International - 2015 CAB ARCHITECTES - Groupe scolaire Chapelle International - 2015

Parle d’urbanité – Dialoguer

La parcelle vouée à l’équipement scolaire de la ZAC Chapelle International en ponctue l’extrémité Nord et fait face à la porte d’accès au nouveau quartier. Fine lanière, elle se pose aussi comme la transition morphologique avec les parties périphériques qui constituent les limites de la ZAC. Le nouveau pôle, dévolu à l’enfance, apparaît dès lors comme une terminaison, un point de liaison entre les échelles. Son rôle pourrait s’apparenter au premier des « soho », annonciateur du principe « socle habité/tour décalée ».
C’est dans cet esprit que nous avons souhaité travailler : un socle habité par la crèche, couronné par l’école polyvalente.
Cette organisation programmatique donne à lire un ordre clair -socle/bâtiment linéaire- qui, à une échelle plus réduite, entre en résonance avec les futurs îlots hybrides. Notre objectif a été d’accompagner la logique urbaine tout en acceptant la spécificité parcellaire, réglementaire et programmatique.
En ce sens, nous avons tenté de nous inscrire dans un dialogue pensé et construit. En acceptant la forme du terrain pour en déduire une extrusion, un volume capable, on procède ensuite par soustraction, par creusement. La définition d’une géométrie, très importante dans le dessin de la ZAC, participe aussi à la définition du volume émergent.
Au Sud, par son évidement et sa forme ouverte, le projet vient parler avec les programmes d’activités, d’artisanat, les ateliers d’artistes, les tours de logements.
Au Nord, il affirme un alignement et confronte son échelle aux volumes périphériques de bureaux et gymnase avec lesquels il crée une rue et une place d’entrée.

Parler d’enfance – Protéger

Illustrer par un projet un programme lié à l’enfance c’est mêler dans une juste synthèse les problématiques de protection face au risque, les questions de fonctionnement et d’usage, les préceptes de prudence sanitaire et d’ambiance. Il s’agit de composer un « milieu » propice, plein d’aménité, où clarté des déplacements, qualité des orientations, hygiène spatiale se conjuguent pour offrir « le lieu de l’école ».
Lorsqu’on conçoit un équipement scolaire, on pense à « l’école en plein-air » de Beaudoin et Lods, bâtiment emblématique d’un nouvel hygiénisme, dont les dispositifs ingénieux et généreux apparaissent aujourd’hui comme des modèles.

Aujourd’hui, si l’on accepte la contrainte, si l’on se fixe de fortes exigences de qualité, on peut s’en servir pour fabriquer le projet :
_ En prenant comme conditions majeurs la sécurité face à l’incendie et la simplification de la pratique quotidienne de la crèche, nous avons disposé ce programme au rez-de-chaussée, en un socle percé. Le socle habité par le pôle petite enfance est creusé de cours qui dispensent air et lumière aux sections ; à l’instar du « monde d’en haut » qui répond au « monde d’en bas », le « monde du dedans » répond au « monde du dehors ». Comme lovée autour d’un coeur arboré, la crèche se protège, s’isole des nuisances et dangers de toutes natures.
_ En prenant comme conditions majeures l’ensoleillement des cours maternelle et primaire et leur relation directe et de plain-pied avec les salles de jeux et l’espace de restauration, nous avons placé ce programme sur le socle/rez-de-chaussée surélevé, les bras ouverts vers les espaces extérieurs. Ce rez-de-chaussée surélevé, qui intègre les espaces communs partagés et leurs prolongements extérieurs, permet au soleil d’éclairer les cours sans subir trop de masque par ses propres volumes. Cette solution met à l’abri l’espace privé récréatif des nuisances et des vues depuis l’espace public, tout en étant simplement connecté à la ville par une rampe pour les véhicules d’entretien et de livraison cuisine.
_ En prenant comme condition majeure d’orientation idéale des classes, nous avons positionné un volume en simple épaisseur au Nord qui permet de placer majoritairement toutes les classes vers le Sud en n’en conservant que quelques unes vers l’Est et l’Ouest. Les circulations horizontales forment l’espace tampon sur rue.

Parler d’architecture – Composer

On parle d’un pôle de la petite enfance, lieu de la première sociabilité, espace protecteur et sécurisé…
On parle d’une école polyvalente, à la fois maternelle et primaire, lieu unique et divisé, modifiable dans une temporalité inconnue…
on parle d’un nouvel îlot Chapelle International, petite « pièce urbaine » qui vient en écho aux socles/soho et dessine une nouvelle rue, une venelle…

La synthèse de tout cela est un projet calme et serein, qui s’oriente généreusement vers le Sud en ouvrant ses bras protecteurs. Extrusion de la géométrie de la parcelle, un socle de 4 mètres renferme les accès, le pôle petite enfance et le logement du gardien. Plus bas que les autres sohos il est à l’échelle du programme de la crèche.
L’ensemble de ce qui constitue l’école polyvalente se trouve alors en fond de parcelle, en retrait de la venelle. Les espaces communs -cuisine et salle à manger, préaux et salles de jeux- et les classes en étages suivent sur trois niveaux les même dispositif de façade côté cour, qui s’inverse côté rue.
Au Nord, de larges pans opaque cachent et protègent les circulations, n’offrant que des vues biaises. Ce principe positif côté Sud / négatif côté Nord permet de répondre à la problématique de sécurité de l’école tout en conservant une cohérence architecturale.