GAB Ambassade de France au Gabon

  • Lieu Libreville, Estuaire, Gabon
  • Stade du projet Concours 2014
  • Programme Nouvelle Ambassade de France regroupant :
    - les services de la chancellerie diplomatique,
    - le service économique,
    - le Consulat Général,
    - la Trésorerie Générale,
    - un service commun de gestion
  • Maître d'Ouvrage Ministère des Affaires Etrangères et du Développement International,
    & Ambassadeur de France au Gabon
  • Architectes CAB ARCHITECTES mandataire,
    Antoine Neto-Berenguer & Vivien del Campo,
    avec Elodie Artières, Nastasia la Spina, Valentina Lupo, Juliette Py, Rafael Gomis, Maxime Le Bris, Pascal Missonier, Olvier Rigal
    & CDAI Architectes locaux associés
  • Equipe de Maîtrise d'oeuvre EMF paysage
    JARDIGAB paysage (Gabon)
    BATISERF structure,
    CHOULET fluides & QE,
    LASA acoustique,
    VPEAS économie
  • Surface 2 400 m² SDP
  • Coût 6 000 000 €
  • Performances Certification HQE l'international
  • Images _Preview
CAB ARCHITECTES - AMBASSADE DE FRANCE AU GABON - 2014 CAB ARCHITECTES - AMBASSADE DE FRANCE AU GABON - 2014 CAB ARCHITECTES - AMBASSADE DE FRANCE AU GABON - 2014 CAB ARCHITECTES - AMBASSADE DE FRANCE AU GABON - 2014 CAB ARCHITECTES - AMBASSADE DE FRANCE AU GABON - 2014 CAB ARCHITECTES - AMBASSADE DE FRANCE AU GABON - 2014 CAB ARCHITECTES - AMBASSADE DE FRANCE AU GABON - 2014 CAB ARCHITECTES - AMBASSADE DE FRANCE AU GABON - 2014

« Il y avait quelqu’un, il n’y avait personne…

Cela aurait pu commencer comme un conte africain. Il y avait un beau et grand jardin, luxuriant, s’étageant sur une pente, face à l’Océan. Les alizés font bruisser les feuilles des eucalyptus géants ; le sol, encore mouillé des pluies abondantes de la vieille, luit entre deux ombres ; la roche rampante émerge parfois, se confondant avec des racines vivaces et conquérantes.
Au sommet, la résidence de l’Ambassadeur est posée simplement, calme vaisseau sur l’herbe verte.
Depuis la pergola aux larges colonnes, tendue comme un bras vers l’horizon, on perçoit la rumeur de la route en contrebas. Des oiseaux crient, on entend des bruits…

Et puis, des hommes arrivent avec des engins pour gratter le sol et il montent une grue qui me fait penser aux girouettes qui s tournent dans le sens du vent. Alors, peu à peu, un nouveau vaisseau est à son tour dressé, qui se met à parler lui aussi, délicatement, respectueusement, à ce jardin aux mystères d’Afrique…
C’est un bâtiment simple et profond, qui tisse sa toile vers le sol et le ciel. Il n’est pas présomptueux comme un nouvel arrivant qui va tout bousculer sur son passage, il est poli, mais présent et serein, prêt à accueillir ceux qui franchissent le mur de son enceinte.
Sous son corps décollé, glisse encore le terrain. Posé à cheval sur deux massifs, comme des rochers mis à nu, il franchit un vide, pont sur la rivière. En son centre, le jardin magique peut renaître, s’offrant généreusement à ceux qui travaillent là. Comme le beau squelette d’un guerrier du bois sacré, il abrite les lieux du travail et de l’administration, qui me font penser à un village aux cases de bois collées les unes aux autres.
Quand je le regarde en plissant mes yeux face au soleil, je sens que je suis à la fois dans le lieu d’une institution lointaine, européenne, et qui parle à mon cœur africain.

Il est presque dix heures et Monsieur l’Ambassadeur quitte le patio de sa résidence par la passerelle qui mène à la toiture de la nouvelle construction. En bas, sur le côté, depuis le grand parvis où flottent des drapeaux colorés, un homme, le chef et a suite, entrent.
Ils sont accueillis, là, en ce lieu symbolique.

C’est la nouvelle maison de la France, ici à Libreville au Gabon… »